EXPOSITION PROPOSÉE EN PARTENARIAT AVEC LA

MAISON DE L'INTERNATIONAL DE LA VILLE DE GRENOBLE.

vicuna.png
ojo loco titre.png

ALAIN LICARI

“Nous construirons le mur” était une promesse de campagne du candidat Trump, et depuis bientôt un an, il ne se passe pas une semaine - un jour -, sans que les États-Unis aient droit à une annonce tonitruante, à un message menaçant du président Donald Trump à propos de la politique migratoire du pays. Mais le mur entre les États-Unis et le Mexique existe depuis la présidence Clinton, et une barrière métallique, plus ou moins haute, matérialise une bonne partie de la frontière entre les deux pays. Ce mur est donc déjà une réalité pour de nombreux Américains et Mexicains.

 

À l’été 2017, pendant plus d’un mois, j’ai longé la frontière entre les USA et le Mexique, depuis le Pacifique jusqu’à l’Atlantique. J’ai parcouru en bus près de 3500 kilomètres entre les deux pays. Depuis les États-Unis et le Mexique, j’ai photographié ‘Le Mur’, personnage principal de mon projet.  Avec cette série de photos, je montre la vie autour de cette construction - familière et intruse - et ses conséquences

sur la vie des personnes vivant autour. 

 

‘Le Mur’ nous raconte alors des histoires de cette frontière violente et dramatique, de cette ligne de démarcation bien présente et qui paraît pourtant bien illusoire.